Et parce que j’arrive pas à dormir, alors j’ai été sur le wiki des Amish, communauté qui a pour double particularités d’être née en Alsace, tout comme la ville de Mulhouse et les Fleischnaka (qui n’ont même pas eux, de page Wikipedia), et de s’être exportée aux Etats-Unis pour faire fortune comme Christian Audigier.
La communauté Amish suit les préceptes de l’Eglise Anabarbera Anabaptiste et sa population double tous les vingt, puisqu’à défaut de regarder la TV les gars font en moyenne huit gosses à leur femme bien qu’elles n’aient pas le droit de s’épiler l’entre sourcil .
Pas d’électricité pour les lascars, rien que des carrioles et environ 18500 pas par jour (qui a compté, sérieux, que je lui fais un bisou), ce qui explique pourquoi l’obésité n’existe pas chez nos amis, toujours selon wikibaby. (je voulais juste vous dire qu’ici, y’a vraiment beaucoup de vent dehors)
Culture et Happy Ending
Les Amish cultivent de la beuh des trucs agricoles, chantent des chants de messe et parlent allemand entre eux à base de « Ich wünsche dir », même s’ils apprennent l’anglais à l’école qu’ils suivent jusqu’à 12 ans. Passé cet âge, la vie Amishmush se divise en 3 parties. Boulot boulot jusqu’à 16 piges, ensuite c’est Casual jusqu’à 21, période pendant laquelle les gamins ont la possibilité de vivre une vie américaine, à base de télé, de « I was like… Amazin' » et de stop and go dans de tierces orifices. A la majorité, ils décident de rentrer au bercail ou non, mais selon la propagande l’encyclopédie, très peu d’adolescents ayant connu la Vodka, HBO et Starbucks ne ramènent pas leur fraise au QG pour « Le Rite », un passage à l’âge adulte où ils jurent fidélité à leurs Pères, la barbe en collier, Jésus et toute l’équipe.
Voilà, c’était ce que je voulais vous dire. Je vous laisse j’ai Poutine en double appel.