La guerre est finie

19 avril 2014

Si ça a l’air évident, c’est que c’est réussi. Comme la blanquette et les baisers. Cet après-midi même si on s’en fout pour le reste de l’histoire, il faisait pas très beau, on aurait pu croire que c’était pas fait exprès mais je soupçonne que si. Je crois que finalement il s’agissait de se rappeler que le principal ça n’est pas qu’il FASSE beau, c’est que ça SOIT beau. Et c’était très beau. Vous devez absolument aller voir cette « balade » à la cité de la mode et du design, c’est pas loin, c’est le truc vert à côté de la gare d’Austerlitz. Franchement ça va. Le garçon qui a fait ça ressemble trait pour trait à son installation délicate. C’est si joli que ça donne envie d’être à demain, et même si demain il fait  pas beau. 

C’est lui, qui fait ça.

#enchanté

 

Publicités

Le plus beau film

12 avril 2014

Ça commence la lumière tombe il fait doux presque sensuel sur l’écran c’est quoi déjà le film ah oui je le connais c’est fou je m’en lasse pas, la première image me saisit je connais ce film là, et puis ça monte je souris je ne sais plus lequel regarde l’autre, si c’est l’écran qui me raconte une histoire ou si c’est moi qu’il observe, on est là accrochés l’un à l’autre par le regard, le film est muet il n’a pas besoin de sous-titre, les sous-titres ont la bouche pleine de sourires et tout se raconte la haut, ça dure longtemps c’est en hauteur c’est plus au dessus que la terre l’intrigue est une pupille et nos quatre écrans se disent en Lumière que c’est là leur film préféré.
On a envie d’en parler mais il faudrait rater une image, il faudrait se concentrer sur le dialogue et on ne peut pas s’alourdir, on ne peut qu’ourdir une autre poésie déclamée tout en pupilles concentrées. Tout s’entremêle alors que nos bras sont loin croisés, il n’est pas besoin de toucher tout est en équation tout est en pensées, c’est une partie d’échecs où tout le monde gagne, une partie dont les combinaisons sont bien travaillées, c’est à l’aveugle qu’elle se joue et pourtant nos yeux sont si grands ouverts qu’on les dirait subjugués.

le plus beau film est celui de ton regard qui me raconte une histoire sans parler.

je sortais de 4 ans d’études et 10 ans d’école je suis rentré chez un horloger je lui ai dit vous avez du travail il m’a répondu monsieur sortez d’ici je n’ai rien pour vous alors j’attends de recevoir mes relevés de banque pour pouvoir retirer sinon zip ma carte plus de carte, oh la police, ils viennent me chercher, vous avez un tatouage, vous avez été déportée ? Non, et vous ? Oh non, moi j’ai été reporté ! J’ai toujours fréquenté des étoiles filantes c’est bien vous vous écoutez ce que j’ai à dire sans lire dans ma tête, les gens regardez pardon madame, je vous en prie passez, les gens ils écoutent plus ce qu’on à à leur dire, moi j’ai fait l’amour à tout le monde, des mono, des bis, des gays, des homosexuelles, en 2000, quand j’ai fait refaire mon studio, oh c’était rien, 45 m2, tous ces gens rue de la Paix ils sont tous millionnaires grâce à moi, c’est moi qui les ai fait travailler, un coup de plafond de toute façon c’était rien c’était du parquet, c’est une lesbienne qui l’a refait elle a mis un mois mais de toutes façons elle voulait des bébés, et puis c’est bourré d’hormones, elle prenait tous les matins son café au lait au whisky bar, et maintenant elle est dehors, elle boit plus, c’est joli votre noeud papillon monsieur, c’est pas un noeud papillon c’est deux cravates, ce côté là c’est la royauté l’autre c’est la mafia, moi quand je suis rentrée des portes du désert, papa est mort y’a trois ans et au cimetière c’est tout la même famille, Picasso, tout le monde c’est tout la même famille, quand j’ai demandé sa main à ma première fiancée j’avais 22 ans et mon siège pliant je l’ai fait refaire au tapissier, et y’a quelques temps je voulais le faire refaire par le petit fils du tapissier, il voulait me mettre du nylon, j’en ai pas fini de me foutre de sa gueule, du nylon ! Aujourd’hui tout le monde veut faire des bébés, y’a plein de génycos [sic] et plus personne pour le cancer, La tradition c’est du chanvre, moi quand j’étais petit j’ai vu les casques d’or, ma mère elle a fermé les fenêtres, et là, mon père était pompier, et vous savez pourquoi il a pas été décoré ? Parce que le feu brûlait, et il a ouvert et paf plus rien, alors moi je me bats pour que papa soit réhabilité, la tombe de mes parents, les deux, au cimetière, c’est tous les mêmes familles, et cette femme, oh je la connaissais bien, elle m’a dit André, non j’ai rien à vendre monsieur, elle m’a dit André, tu ne penses pas, tu ne fais que rêver, bon, si vous me trouvez du travail, je peux m’y mettre, je ne vis que d’amour et d’eau fraîche, regardez ces chaussures, ahaha c’est pas du travail ça l’ourlet, regardez, et puis il avait connu les deux guerres, c’est de la purée d’orties, vous m’avez même pas payé à boire mais vous voulez un café ? Non ! Un par jour seulement, bon allez, au revoir, si vous partez je m’en vais aussi.

le monsieur a dû être très beau, chemise élimée mais propre, ongles propres, alliance originale à gauche, cheveux coupés et rasage soigné, chaussures confortables et chaussettes blanches, une petite tâche sur le pantalon, dans son sac J’Adore Paris un siège pliant et donc en chanvre orange, d’autres sacs pliés correctement, pas d’adresse, des souvenirs du bazar à Hôtel de ville et à la question « comment vous vous appelez », réponse : « oh m’appelle pas, tu me siffles ».

(vêtements et contenu du sac analysés par Navie)

Elvis presling

7 avril 2014

je me rappelle quand je m’ennuyais ferme au rayon femme chez Intersport, je me rappelle qu’il y avait personne souvent le jeudi début d’aprèm ou le mardi matin, à part ce client qui attend l’ouverture à 8h57 parce qu’il ne veut pas rater sa paire de lunettes de piscine, il s’est dit la veille « demain matin à l’ouverture je vais chez Intersport et sa femme lui a dit pour quoi faire alors il a répondu comme si c’était une évidence bah pour racheter mes lunettes de piscine et elle a pas enchéri alors il a continué de réfléchir à la stratégie qui l’emmènerait jusqu’à la devanture à 8h57 pour pas être en retard. Alors que nous pendant ce temps de l’autre côté on finissait le fond du café, quand ça commence à être plus sucré que le dessus en regardant le mec qui faisait genre « nan j’attends pas dehors » alors que bon, mon pote on est dans une ZAC il est 8h57 évidemment que tu nous attends, ça va assume quoi.
On rigolait parce qu’on savait qu’il fallait qu’on rigole, on allait passer encore une journée dans cet endroit, pas l’enfer hein non rien à voir, mais une unité commerciale physique dans une ZAC, bon voilà c’est pas l’endroit le plus assujetti à une érection qu’on ait connu, voilà on était entre nous, on savait qu’on ferait un peu de surface, un peu de réserve, pour défaire les colis, les compter, les biper, hop sur cintres, hop un portant, hop par taille et hop en rayon et retour surface avec les raques tristes et la musique qui passait en boucle écriis l’histoiiii a a a re, dans ma mémoiiiii a a are, mais n’écris jaaaaamaaais laaaa fin », et ce genre de trucs qui te rendent fou ou aveugle si tu as le malheur de trop les écouter contre ton gré.
du coup pour pas devenir zinzins, on tournait on parlait avec les copains des autres rayons, le vélo, le tennis, le mec de l’escalade il se la racontait un peu alors on parlait pas trop avec lui, Céline qui était souvent à la natation et Valérie que je croisais toujours à plier des trucs mais c’est parce que c’était une mère elle était habituée à ranger.
Et puis à des moments j’en pouvais plus j’avais l’impression que j’allais exploser d’inactivité cérébrale, les clients au mieux ils venaient acheter des vêtements détente pour l’été « sur le bateau », quelle bande de bâtards je me disais alors, mais avec du recul je les trouve mignons parce que pour eux aussi c’était complètement ouf de prononcer les mots détente et bateau dans la même phrase, les pauvres ils devaient se putain de saigner toute l’année pour une semaine sur un voilier à quai.

bref tout ça pour dire que demain on tourne quelque chose qu’on a écrit avec nos petites mains et que si je devais dire au moi d’Intersport, hey, Minette, dans 7 ans tu auras écrit ça et demain une équipe entière aura écrit dans des agendas « tournage », eh ben le moi d’Intersport aurait dû s’asseoir 1 minute sur des bancs du magasin et finir par dire « je le savais, je le savais mais je suis vraiment très fière, et j’ai hâte ».
Merci