qu’est ce que j’ai à rajouter

15 février 2014

Ca dépend. Des fois j’ai rien à ajouter. J’ai l’impression que tout a été dit, que de toutes façons j’ai tout compris c’est pas qu’on me la fait pas, c’est juste que j’ai pas envie qu’on me la fasse. C’est juste que ça va, laissez-moi je la connais l’histoire, je la connais bien, on attend on est surpris on sursaute sans que ça se voie, et puis on sourit, et puis on attend encore un peu et puis on fait pas de stratégie, et puis une bonne surprise, et puis ça commence, le mieux c’est l’annonce, et puis ellipse, et puis on se retrouve dans la rue et y’a le nous de juste avant qui nous tape sur l’épaule en disant « ah bah quand même ! Ah bah t’es triste ? Bah ouais mais bon, qu’est ce que tu veux aussi, c’est pas comme si c’était la première fois, c’est pas comme si t’avais pas fait ta belle en faisant semblant de pas voir que j’étais là, tu t’es pas occupée de moi pendant combien de temps ? Un an ? Deux ? Trois ? Putain 4 ! Et c’est toi qui est vener et il faut encore parler de toi ? Bah nan là je peux te dire que je vais rattraper tout ce que tu m’as oublié, je vais parler de moi je vais me mettre bien en face de toi pendant un long moment ma belle, attends toi à plonger dans ton propre corps le temps que j’en ai envie, en fait non, le temps que toi t’en auras pas envie ».
On passe donc du père au mari à soi même, on passe donc de comme si on savait pas que le gouvernement avait décidé d’engager une guerre à sur le champ de bataille direct propulsée au milieu des sifflantes, évidemment sans aucun fusil ni même un ptit couteau, juste avec un putain de poids mort qui est l’autre nous à tirer comme un sale gros boulet qui sert à rien et qui fait que chouiner parce que soi disant c’était mieux avant. Ouais soi disant. Soi disant que l’attente c’est cool, soi disant que la jalousie c’est génial, soi disant que mon cul surtout ouais, je crois plutôt que soi disant la mémoire cette sale pute nous file à moudre que des trucs doux, par exemple si on aime la lasagne on se rappelle du goût de la lasagne, mais les choux de bruxelles comme c’est pas bon on n’a pas envie de s’en rappeler, vous voyez c’est pour ça que je précise que c’est pas qu’on me la fait pas, c’est juste que j’ai pas envie qu’on me la fasse.
Alors il faut un sacré putain de courage et un sacré putain de sang froid pour aller à la guerre, sans même avoir signé sans même être payé et en sachant très bien qu’on peut s’asseoir bien confort sur une pension d’invalidité qui n’arrivera jamais après tous ces efforts fournis afin de pas se capoter dans un fossé bien doux bien moelleux qui demande qu’à nous accueillir.
J’ai 4 souvenirs de ma propre déchéance, enfin ce que j’appelle comme ça pour une meilleure compréhension, je pourrais l’appeler délivrance demain ou j’aurais pu dire consécration de lucidité hier, j’ai le souvenir d’avoir appelé Raphael pour qu’il vienne dormir avec moi, j’ai le souvenir que j’ai rencontré un gars deux secondes après que j’ai utilisé comme un gilet pare balles mais je saurais plus bien dire comment il s’appelle je sais juste que lui aussi il était au -5 de son propre parking, j’ai souvenir que si j’avais pas eu d’amis à ce moment là mon fossé je le connaîtrais par coeur et j’ai un souvenir très récent puisqu’il date d’hier, de me dire « je crois qu’il faut faire confiance à ce qui nous arrive ».
C’est très bien d’avoir des flashs, des bons et des mauvais. De toutes mes grandes histoires j’en ai quelques uns, je sais bien qu’ils servent à rien mais au moins ça prouve que j’ai pas Alzheimer, et puis comme j’ai pas bien envie qu’on me la fasse pour le reste j’essaie de pas trop m’engueuler avec la meuf que j’ai rencontré et qui m’a tapé sur l’épaule quand je marchais hagarde dans la rue.
Sinon c’est trop long et de toutes façons, on sait très bien que la vie c’est une sorte d’activité géante, on fait que s’occuper, on passe le temps comme on peut.

Publicités

2 Réponses to “qu’est ce que j’ai à rajouter”

  1. Les obligations hein... said

    Des fois je lis ce que t’écris et je kiffe parce que le puzzle de mots claque comme un rap de la pire des banlieues de Chicago, mais putain je ne comprends rien ha ha ha.
    Mais ça a son charme de chercher la clé…

  2. Icare Déplumé said

    Je me rappelle t’avoir demandé, dans un e-mail il y a quelques années, de quelle planète tu venais. Tu venais juste de débarquer en VLB et tu trimballais avec toi des grands bouts d’Univers que j’avais jamais vus. Le genre « Atlas », mais d’une autre galaxie et qui rigole du style, « comme c’est facile de se promener avec un monde entier sur le dos ».
    Que tu fasses un clip, une chronique ou un blog, il y a toujours cette touche unique, cette perspective de la 7ème dimension. Tu parles comme si c’était une autre langue, mais que l’on comprendrait quand même. Peut-être parce que, ce que tu dis n’est pas juste destiné aux oreilles mais bien à ce qu’il y a entre.
    T’es le genre de fille qui va à la piscine comme les autres, qui met son maillot de bain comme les autres, mais quand les autres se mettent à nager, toi tu marches sur l’eau. Alors des fois, OK, tu te cognes au plongeoir. Mais c’est pas de ta faute ni de celle du plongeoir. Faut juste que tu marches au milieu de la piscine.
    Alors, je ne peux pas pousser le plongeoir, j’ai pas le numéro de Raphaël, je ne peux pas changer le goût des choux de Bruxelles (d’ailleurs pourquoi le faire? c’est très bon les choux de Bruxelles!). Bref, je sers à rien. Mais je veux juste te dire que dans cette grande activité géante, ça fait vachement du bien de voir passer des comètes comme toi. Il n’y en a pas souvent. Il y a des gens qui disent que ce sont les comètes qui ont apporté la vie sur terre, au tout début de cette étrange absurdité. Quand je te vois (ou que je te lis) je pense à ça et j’y crois. Tu sèmes des petits bouts de Vie sous tes pas et quand il y a du soleil, ils se mettent à germer.
    Donc, VLB SML MMJ ou tout ce que tu voudras, continue à passer le temps en zigzaguant entre les fossés et les glissières de sécurité, mais livre nous de temps en temps un petit billet d’humeur, maussade ou rageur, fripon ou moqueur, mais un truc qui ensemence un peu ce grand rien. Parce que sans ça, il est long le temps qui passe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :