Je (ne) vous ai (pas) compris !

11 décembre 2013

A la lecture de l’article paru sur la version Web du magazine Elle, nous sommes quelques unes à avoir pleuré des larmes d’ammoniaque. Et puis la frayeur a remplacé la tristesse, suivi de pas très loin par la condescendance et nous sommes là, maintenant : la compréhension, la compassion et la pédagogie.
Ma chérie,
Ton billet partait d’une bonne intention. Sans vouloir partir dans une conversation microcosmique entre pigistes, je vois d’ici la scène, je la connais. Tu avais besoin d’un sujet rapidement, tu as fait le tour dans ta tête et tu t’es rappelé qu’hier soir, Xavier, Hervé ou Max, bref on s’en fout, ton mec quoi, a fait un truc qui t’a énervée, te poussant à t’endormir façon « hôtel des culs tournés » dans votre lit hier soir. Et puis comme tu n’aimes pas être fâchée avec lui, tu lui as envoyé un texto ce matin, parce que tu n’arrivais pas à te concentrer (et donc à trouver un sujet), il t’a répondu un truc mignou, tu l’as re-aimé et Eureka ! C’est à ce moment là que tu t’es dit « je vais écrire un truc mignon à pas cher sur la vie à deux, qui finira par une spéciale dédicace « à mon cheri » que j’ai hâte de retrouver ce soir ».
Et de fait, la conclusion de l’article me donne raison :

Capture d’écran 2013-12-10 à 14.35.33

Bingo. Je le savais. Mais le problème ma toute petite chatte, c’est que tu travailles pour ELLE. Ce magazine qui ne s’est pas illustré par son esprit frondeur ces dernières années, et qui rame ! qui Rame ! pour se refaire une tête après les clichés sur les grosses, les vieilles, les moches, les noires, enfin bref, les trucs qui nous font soupirer derrière nos écrans comme un dessert raté : qui a l’air chic, mais tout le monde sait bien qu’un petit chou trop cuit c’est inmangeable.
Et nous y voilà. Ton truc là, sur ton mec que tu dois appeler bébichou dans l’intimité, c’est imbouffable. Putain, ça nous fait tous chier. On n’en peut plus des articles qui ressemblent à des livres pour les chiottes, à base d’affirmations fumeuses minaudées parce que c’est bien connu les filles minaudent, pendant que nous, en bas, on essaie de montrer le bon exemple, en se débrouillant toute seule, en chialant pas comme des petits animaux fragiles quand on est fatiguées ou qu’on s’engueule avec notre petit ami personnel, pire, ouh quelle honte, quand on comprend pas pourquoi on trouve pas de petit ami personnel alors qu’on essaie de faire tout bien comme y faut, bah ouais, ça arrive, c’est chiant, mais on essaie tu vois, ma chérie, de pas trop y penser, de travailler parce qu’un pull Maje ça n’a pas de patte et que ça va pas arriver tout seul dans notre armoire, et que de toute façons, la vérité c’est qu’on s’en fout un peu du pull Maje.

Est ce que tu te rends compte de l’impact que ça a sur tes lecteurs, tes conneries ? Toutes les filles qui ont lu ça se sont dit « mais merde, attends moi je sais faire marcher ma box toute seule, j’ai pas besoin d’appeler le voisin pour changer l’ampoule et mon vibro, tu peux en croire ma bonne foi, n’est absolument pas poussiéreux ». Qu’est ce qui ne va pas chez moi ? C’est pour ça que toi, ma petite chérie, t’as un gazier dans ton pajot, même s’il a l’air de pas être bien dégourdi d’après ce que tu écris ? »
Nous ma belle, on mange de la viande et j’ai même des copines qui vont A LA CHASSE. Eh ouais princesse, t’aurais peut être mieux fait de t’incruster à cette sortie là, t’aurais eu un truc cool à raconter à ta rédac chef qui te casse les couilles. Parce que sérieusement, pardon j’insiste mais encore, j’essaie de me maîtriser, c’est à CA que tu vois que t’as un jules ?

pardon mais s’il est un minimum débrouillard ton gars, ce soir il a débarrassé le plancher. Parce que si tu nous fais passer pour de mauvaises filles, lui pardon, mais TU LE FAIS PASSER POUR UN GROS DEBILOS. Et je ne parle même pas de toi, infoutue de te démmerder toute seule pour les travaux de la vie quotidienne et excuse-moi de te rapporter sur terre une seconde mais : ton gars, on te l’a greffé ? Je veux dire, s’il doit se barrer, tu vas faire comment ? Tu vas rentrer chez tes parents ? Tu vas quand même pas te suicider comme dans une nouvelle de Zweig, sous prétexte que t’as jamais été foutue de te concentrer cinq secondes pour te remémorer comment changer une cartouche d’encre ? Regarde, je vais te faire une réfléxion qui va te faire comprendre à quel point ça NE VA PAS, ce que tu as écrit : « qu’est ce que tu faisais pendant qu’il changeait la cartouche, tu mettais du vernis ? » ALERTE MYSOGINIE. Tu comprends ma belle ? Vire-moi cet article tout de suite et creuse-toi un peu la ciboulette pour trouver un sujet qui nous intéresse. Et par provocation, je vais finir en te disant : et si tu as besoin de te remémorer comment fonctionne ton vibro, passe-moi un coup de fil, je t’expliquerai.

De notre côté, l’alerte est levée : nous avons eu peur de n’être « pas comme il faut », mais en fait, tout va très bien. Je t’embrasse chérie.

Publicités

31 Réponses to “Je (ne) vous ai (pas) compris !”

  1. Polo said

    Je suis un mec et j’approuve ceci dans sa globalité..

  2. lutin said

    un grand merci!! Ta réponse me défoule (parce que j’ai besoin que quelqu’un me défoule à ma place).

  3. bab said

    vous devriez retourner à l’école plutôt que de perdre du temps à écrire ceci.

  4. mariemartinejackson said

    mon premier troll, quelle fierté ! ❤

  5. zaim yassine said

    yep faut arreter les gros clichés qui font croire les femmes sont des petits toutous à promener 3 fois par jour …Nan serieux ELLE magazine d’éducation féminine réveillez vous quoi

  6. charline said

    j’ai d’abord lu cet article de Elle avec tendresse, puis j’ai zappé, on y revenant un peu plus tard après qu’il eut apparu dans mon profil facebook je me suis dis que tout ça n’était qu’un reproche aux hommes d’abord… puis aux femmes… Parce que oui, je défends les hommes, eux aussi on leur fout des clichés plein les pattes. Et puis des filles bordéliques j’en connais des tonnes « mais c’est normal on est des filles » SO WHAT ?, et perso mon mec range son petit bordel, moi je sais changer une cartouche d’encre, démonter un ordi, et sortir les poubelles, et aucun caleçon de Monsieur n’a jamais trainé plus de 2/3 h par terre… Alors entre la niaise et le gros dégueu, Elle c’est devenu un peu beauf land non ?

  7. […] pour la lettre que tu m’as adressée personnellement, auquel je prends donc soin de te répondre […]

  8. Celia said

    C’est vraiment petit de se démonter entre professionnels.

  9. Gum said

    Mais pourquoi lire Elle et se sentir scandalisé par son contenu???
    :-/

  10. Ahah ! Ton article m’a fait pétiller de bonheur et son article à ELLE limite pleurer de rire tellement c’était pitoyable. Et mon copain qui était à côté a opiné…C’est incroyable ce qui peut s’écrire comme conneries dans ces torchons.

  11. Severine said

    Camille:1 – MarieMartine : 0
    (Personne je préfère le style littéraire et (surtout) le sens de l’humour de la première…)

  12. oim said

    Sauf que :
    -À chaque fois que je squatte chez une nouvelle copine je stresse en voyant comme son pc est plombé, le nettoie et installe les antivirus, règle les couleurs de sa tv, fais des branchements qu’elle n’a jamais eu le courage d’entreprendre, fixe sa penderie qui se cassait la gueule, fais un chek-up de son install électrique et deviens son mécano attitré.
    -Environ 80% des filles que j’ai connues étaient végétariennes ou mangeaient très peu de viande (c’est pas une critique).
    -100% des filles que j’ai connues étaient plus petites que moi donc oui je range parfois des affaires trop en hauteur.
    -Je sais à peine faire fonctionner une machine à laver, n’ai absolument jamais posé le doigt ni même cherché à comprendre la partie « linge délicat » ou je ne sais quoi et ne sais pas à quoi ressemble un flacon d’adoucissant.
    -Je m’intéresse au foot, un minimum.
    -Je laisse souvent traîner mes habits.
    -Je fais des blagues à la con.
    -J’utilise le même couteau pour le beurre, le fromage, la confiture et couper le pain.
    -Je préfère forcer de temps en temps sur le dentifrice que de me faire chier à remettre le bouchon à chaque fois.
    -Elle n’a absolument plus besoin de vibro.

    Presque tout ce qu’elle écrit est pertinent (pas forcément en totalité chez chaque mec bien entendu) et à part une célibataire aigrie qui n’a plus touché un homme depuis des années ou une lesbienne trop fière de savoir manier un marteau correctement je ne vois pas qui aurait quelque chose à redire à son billet qui n’a d’autre prétention que de faire sourire chez le coiffeur, dans le métro ou en attendant chez le dentiste en pointant des choses récurrentes dans quasiment tous les couples.

    • macafaim said

      Aie les commentaires,.. Moi j’ai carrement kiffe en lisant ton article et meme si la reponse de camille est je dois l’avouer plutot brillante sur la forme le fond reste encore et toujours aussi pertinent qu’un tweet de nadine morano.

      bisou

    • léonardo des tortues ninja said

      Les lesbiennes t’emmerdent, je pense. Sais-tu qu’elles ne sont pas toutes plombier ? Bravo à OIT et ton ami Guiz, je vous souhaite bon courage dans la vie à partager un neurone pour deux.
      Il y a des gens que les idées réactionnaires agacent, on trouve ça dommage. On aimerait que les femmes soient payées autant que les hommes. Qu’elles meurent moins sous les coups de leurs conjoints, des trucs comme ça. C’est pour ça que ce genre d’article sexiste pas très intéressant, parfois, ça nous agace. ça n’a rien à voir avec le célibat ni l’homosexualité.
      C’est comme les gros cons qui gâchent du papier ou qui roulent en 4×4 sans jamais foutre un pneu dans la boue, c’est des trucs de gros cons, ça nous agace, nous, les petits cons un peu bobos un peu écolos, qui aimerions que tous les enfants du monde se tiennent par la main en chantant Heal the world.
      Allez salut et bonne bourre.

    • Gum said

      Bah ya pas de quoi être fier!

  13. Guiz said

    Voici une réponse digne d’une (grosse et moche) frustrée !

    Bisous Bisous my baby doll ….

  14. Guiz said

    « est en attente de modération »… C’est marrant çà!

    Je comprends mieux pourquoi, sur cette page, tous les écrits vont dans le même sens…

  15. mariemartinejackson said

    un problème Guiz ?

  16. Guiz said

    Non non ma chérie, tout va très bien pour moi!

  17. Guiz said

    OIM… merci, très belle réponse!

  18. miekemo said

    Bonjour MarieMartineJackson,

    J’ai lu l’article de Camille pour Elle et ta réaction à la lecture de celui-ci.
    L’article écrit par Camille est léger et peut-être un peu cliché (mais je suis certaine que les filles qui lisent cet article se reconnaissent au moins dans 1 des 37 points évoqués par Camille) mais je pense que c’est le style que l’on retrouve souvent dans la presse féminine. Après on aime ou on n’aime pas. Apparemment tu n’as pas aimé mais n’oublie pas qu’à aucun moment il n’a été question d’un article de fond sur la vie de couple mais bien d’un petit billet d’humeur qui a le mérite de faire sourire.

    Soit, tu n’es pas d’accord avec ça. Ok ! Pas de problème. On ne peut pas tous avoir la même opinion, le même ressenti et heureusement ! Donc pas de souci par rapport à la manifestation de ton mécontentement concernant le contenu de cet article. Par contre, ce qui me choc c’est à quel point tu méprises Camille. Tu te fais une idée sur sa vie, sa personnalité, sa manière de fonctionner mais si tu avais pris la peine de lire son blog (www.cafedefilles.com) tu te serais rendue compte que Camille est loin d’être la personne que tu as décrite.

    Si tu avais lu ses billets, tu aurais remarqué qu’elle est loin de la fille innocente, naïve et gnan gnan qui a besoin d’un mec pour vivre. Tu aurais également remarqué qu’elle est capable d’écrire des billets beaucoup plus profonds, touchants, aux mots justes et souvent très second degré !
    Bref, je ne vais pas faire l’apologie de Camille, ce n’est pas le but. Ce que je voulais dire c’est que si l’envie te reprenait de t’insurger contre les propos tenu dans un article fait-le ! Mais si tu t’attaques à l’auteur même de l’article ce serait peut-être bien te renseigner avant… La liberté de parole c’est bien mais dans le respect de la personne, c’est mieux !

  19. Jill Tonic said

    C’est quand même triste d’avoir pour seule ambition, quand on écrit, DE FAIRE SOURIRE DES GENS CHEZ LE COIFFEUR.
    Ca me donne envie de pleurer, presque.

  20. Mathos said

    On voit encore une fois par l’article de ELLE que certains se complaisent dans la stagnation, se refusant d’avancer par fainéantise. Les filles sont mignonnes mais un peu couilles, les garçons sales mais bricoleurs. Belle vie à celles et ceux qui croient en ce ramassis de préjugés, dont la facilité de l’exercice consiste à comporter des clichés moyenâgeux pouvant paraitre vraisemblables.

  21. Dine said

    Quel premier degré….c’en est désarmant de bêtise cette réponse dont le ton hautement méprisant et agressif est en total décalage avec le côté bon enfant de l’article…dans un magazine de merde,certes, mais écrit par une fille à la verve et à l’humour renversants ! …en attente de modération, je sais…

  22. Guillaume said

    Je vais faire mon mec : une bière, un canapé et je vais regarder le match des tartes aux phalanges entre filles pépère, tranquille 😉
    Trop bien 🙂

  23. redonnet said

    Dans les articles de Camille (parfois un peu « faciles » c’est vrai,) il n’y a jamais une faute d’orthographe…. elle doit au moins prendre le temps de se relire, ce qui, apparemment, n’est pas ton cas !

  24. Pat said

    Ma chérie…
    À vrai dire, qu’est ce qui te dérange ou te déplais?
    La frustration, de ne pas avoir pu réaliser cet article?
    Camille l’a fait  » ELLE  »
    Je te laisse, face à ton venin alcoolisé…
    Je t’embrasse fort! fort! fort! Mon petit chocolat…
    ( Pat, une FAN de Camille et qui le restera! C’est con hein? )
    Tchao griotte…

  25. kmi said

    tu critiques Camille ou l’article ???

  26. Chloé_Lequinny said

    Nous avons ici deux « articles », « billets, « écrits », etc… Enfin, non, pas « etc… » justement. Nous avons précisément un « billet », écrit dans un certain style particulier, au sein d’un certain cadre précis. Le style est, c’est une licence littéraire, ouvertement caricatural, et fait référence, je pense qu’on ne risque pas de se tromper, à la chanson de Bénabar « Y a une fille qu’habite chez moi ». En somme, ce billet pourrait constituer une forme de réponse, du point-de-vue d’une (de cette) jeune femme poussant elle aussi son propre sens de l’auto-dérision un peu loin, à cette chanson. Et c’est là un billet qui ne contient, dans sa forme comme dans son contenu, aucune forme de prétention sociologisante, politique ou autre. C’est un jeu avec les clichés comme on en trouve pléthores sur les réseaux sociaux et dans bien des formes plus ou moins heureuses (« Frinchémint tsé que té marseillés kan… » et hop 10 trucs que tu sais que tu es marseillais, oh mais je viens de jouer avec un cliché de marseillais débilard, honteuse parisienne que je suis pardon, m’enfin vous m’avez compris, ou autre « Ce que ma mère crois que je fais, ce que mon patron crois que je fais, ce que je crois que je fais, etc… »), que l’on trouve dans des registres plus soutenus dans moults exemples (que je vous épargne ici tout de même on est entre gens civilisés). A présent, la réponse. Elle est intelligente, intelligible, censée, légitime. Et pas mal troussée. Mais alors, mon malaise, d’où vient-il? Peut-être des registres et des malentendus commodément entretenues, des « mauvais objets » complaisamment désignés? Je parle de complaisance, entendez-moi bien Melle Jackson, non pour la ténacité et la rigueur dont vous faites preuve dans votre réponse, mais bien à propos de la nature du combat. Pour le synthétiser en métaphore c’est un peu comme répliquer à un éternuement allergique par une décapitation. Je ne parle pas ici de la « proportionnalité » de la réponse mais bien de sa nature. Les rapports entre les êtres humains, qu’ils soient hommes, femmes, trans, sont complexes, plurielles, personnes ne vous l’apprendra. Le sens de la désopilance, entre autre chose, est un puissant émollient. Vous n’en manquez pas dans votre réponse. Elle est hyper drôle votre réponse d’ailleurs. Mais pas seulement, elle a un goût de « définitif » triste aussi.
    Je parlais du cadre plus haut. C’est dans « Elle » tout de même. « Elle » putain! Je ne dis pas que votre réponse n’a pas la mérite d’exister mais elle donne le sentiment d’un Tribunal de l’Humour, une idée de censure.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :