break your fuckin neck for me

6 février 2013

je marchais il pleuvait il faisait nuit comme dans toutes les chansons je voyais la scène comment la vie qu’on vit peut être aussi différente de celle qu’on vit ? C’est comme si on commençait à écrire qqjhf chilezet ,ez jblkhnllbh bejznamùfbgree fhezkjn je jkzjebfz et que ça voulait dire quelque chose pour quelqu’un. Que tous ceux qui ne l’ont pas connue, cette nuit là, soient maudits, que toutes celles qui prétendent meurent de bile. On ne peut pas l’inventer, on ne peut pas mentir. Ca vient de loin, d’une racine qui ne peut pas être arrachée. Craignez-moi, car je vous ferai baisser la tête.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :