y’a une bagarre minoritaire en bas de chez moi

3 décembre 2010

ça commence toujours pareil : deux mecs se montrent de loin, bras tendus à 180 (ça veut dire plat) la paume ouverte vers le ciel, en se regardant le menton trop haut pour que ça paraisse normal. Et puis y’en a un qui se lève d’un bond en faisant mine de se précipiter vers le #2, évidemment c’est une feinte pour voir si l’autre a un mouvement de recul ou s’il se lève pareil, et là il avance les bras décollés du corps et la tête rentrée dans le cou, comme mon chat quand je veux le faire entrer dans sa maison de voyage. L’autre debout gonfle le torse et serre les dents en attendant pour montrer que c’est pas à lui de rouster en premier. #1 avance en disant Keskyâ là Keeeeskya (pendant ce temps il s’est redressé parce qu’il faut pas que l’autre pense que son projet de vie c’était de lui rentrer dedans, non ce qu’il faut c’est qu’il se figure qu’il vient se bastonner mais à la cool) et puis ils vont pas se battre, c’est hyper rare, ils vont juste se mettre aussi près que pour se gallocher, limite front contre front en mode coquelet, jusqu’à ce qu’un ami vienne poser une main socratique sur le torse du bagarreur en lui disant « azy c’est boh, c’est boh, laisse tomber mon frère ». C’est COMME CA que ça doit se passer. Y va y avoir mouvement de recul des deux protagonistes parce qu’ils seront poussés par leurs connexions amies présentes, et par dessus les épaules de ces connexions l’embrouilleur lancera à son ennemi « S’de pûhte va », ce qui signifie fils de pute mais disons en disant S’te pûhte ça permet de cracher un peu sur le p de pûhte, c’est pas mal c’est comme un singe qui gonfle ses poches rénales rouges quand il est remonté.
Et donc voilà, à cette insulte #2 qui était jusqu’alors enclin à la conciliation va se dégager de sa bande d’amis pour tenter un coup de pied talons en avant mais comme il est pas con, il le fera à une vitesse qui permettra à son équipe de le retenir par les bras.
Voilà comment ça va se jouer, les teams respectives vont retenir leurs amis en disant chacun « tiens ton pote là », et au final l’une d’elles dira « hè venez viens on s’casse là », et ils partiront, tandis que l’autre équipe Interville s’installera pour débriefer sur les sièges ou marches les plus proches en considérant les éléments de ce qui de se passer plus fort que de raison. « T’sais quoi ©, tchu lui djis à ton pote hein, que SI, y’r’met une ssssseule fois les pieds là, c’est tsneket, fhii-ni pour lui ». blablabla, cam-toi ça va, (un membre rit, c’est le rigolo de la bande, il énerve tout le monde car quand on est enervé on aime pas que quelqu’un rigole) et parfois c’est d’ailleurs lui qui est pris pour cible en deuxième mi temps, on ne le battra pas mais on l’invectivera vertement afin qu’il « ferme sa gueule sale rigolard », (les qualificatifs émis pendant une embrouille pourraient faire l’objet d’un dictionnaire de néologismes).
Et voilà c’est tout, celui qui est à l’origine de l’embrouille ne parlera plus que par rares onomatopées comme par exemple « ttsssssssss », entre ses dents, car pedu dans ses pensées il pense qu’il aurait bien voulu placer « t’sais quoi, fais l’malin, fais l’malin Hatai (c’est un pédéraste), j’vais chercher le bébé on va vouâr). Le « bébé » étant un petit mot doux pour un fusil à pompe acquis par un moyen illégal. C’est d’ailleurs souvent une légende, personne n’a de fusil à pompe car c’est très dangereux et surtout si une mère trouvait un fusil à pompe dans les affaires de son fils elle le terminerait à coup de jatte en terre, mais disons c’est ce qui se fait. C’est une expression commune.

c’était votre reporter société en direct de Mulhouse, Montbéliard, Belfort et le 11ème arrondissement.

(j’ai honte de savoir tout ça)
(je préférerais avoir appris le violon à la place de savoir tout ça).
(ou alors parler couramment allemand. Nan mais couramment pas style ja aber Upsilon).

Publicités

4 Réponses to “y’a une bagarre minoritaire en bas de chez moi”

  1. Maxence said

    Sehr interessant ! Ich hab’ was gelernt. Glaubst du, dass diese Szene überall in Frankreich stattfindet ?

  2. Memona said

    J’ai cru mourir de rire en lisant ton article.
    A te lire on s’y croirait en banlieue !

    Mémona (la-fille-avec-un-nom-chelou-que-t-y-croyais-pas-quand-Thomas-t-as-demandé-de-faire-une-video-dédicace! Merci pour cette video qui m’a fait bien rire).

  3. Alix said

    Tu racontes bien les histoires.

  4. y a pas de hon-honte said

    (sur l’air d’une chanson de Michel Berger, rest in peace mec !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :