spleegnalétique (c’est beau putain !)

1 octobre 2010

j’étais en train de regarder mes photos facebook tout en checkant le tarif des collissimo tout en écoutant un podcast tout en appelant ma mère, et puis d’un coup, j’ai plus eu envie. Je sais pas pourquoi, pourtant je suis pas particulièrement disons malheureuse, mais je crois que je prends trop les choses à coeur. Par exemple, l’autre matin je devais aller gagner mon pain, il était 5h29 et le taxi était déjà là (ouais je vais travailler en taxi, bg je sais, mais y’a des fois où j’y vais en 106 par contre je vous le dis pas, style genre) et j’ai bloqué genre 7 minutes (on dit 7 minutes mais en réalité c’est très long en terme de vie) parce que je ne voulais pas choisir une paire de chaussures qui avait une histoire, parce que j’avais un mauvais pressentiment. Je ne voulais pas les bottes Camel de fripes parce que j’ai eu peur qu’elles aient appartenu à quelqu’un de mort dans des conditions désagréables,ni les mocass’ marrons parce que la dame qui me les as vendues je crois qu’elle était un peu alcoolique, ni les bottes zèbres parce qu’elles sont tellement rock star que j’avais pas envie de mourir en rock star dans un taxi à 5h29 du matin.
Du coup bon on s’en fout parce que je sais même plus ce que j’ai mis, mais ça m’a fait la même chose avec mes photos facebook tout à l’heure, pareil avec un parfum, je peux pas garder un parfum plus d’un flacon, je crois que j’admire les gens qui ont le même parfum depuis des années parce que moi ça me fait comme un escargot à qui on toucherait les trucs, j’ai envie de rentrer loin jusqu’à ce que je sente plus de vibrations sur le sol. D’ailleurs vous savez, je peux vous reconnaître tous de très loin rien qu’à votre parfum, donc gaffe si un jour vous et moi on est en filatures, si vous voulez pas vous faire cramer même bien planqué dans une ruelle, pas de parfum les amis;
Bref, et avec les photos c’est encore pire, je sens la température qu’il faisait ce jour là, si j’étais triste, si j’étais dans l’embarras, bref, je me rappelle et je peux pas. Même les souvenirs heureux sentent le linge trop propre, trop plié, trop tout. Je crois que c’est ça, enfin je sais pas si c’est ça mais je crois que c’est ça, le spleen à vie. Mais c’est pas grave hein, ça va. On s’en fout, on les emmerde.

Publicités

Une Réponse to “spleegnalétique (c’est beau putain !)”

  1. Alix said

    SURTOUT MMJ, ne lis pas Les Fleurs du Mal ! Qu’est ce qui t’arrives là dis-donc ?! C’est l’automne qui te fait cet effet là apparemment.. Ressaisis toi !
    On t’aime nous.

    La bise Denise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :