mec, moi aussi

11 juin 2010

Publicités

Ca sent la piscine.
Ca sent les gamins qui sont à la piscine et qui crient parce qu’on est le 28 juin. Ça sent Nina Ricci. Ça sent mona. ça sent la plage de la goulette. Ça sent les cheveux de Najoua. Ça sent la voiture de bilar. Ça sent chez moi en 2001, ça sent les sandwiches au poisson pané. Ça sent le jardin, ça sent les cuves, ca sent les 3/8 qui sortent a 13h en hiver et a 21h en été. Ça sent 5h du matin quand on n’a pas encore dormi. Ca sent la beuh. Ca sent les sièges de R5. Ca sent le moteur qui démarre pas.
Ca sent nassim.
Du coup ça sent aussi le nouvel an pourri, ça sent l hôtel a 30 euros et le mac Donald allemand. Ca sent Vibe, ça sent le R’n’B français. Ça sent le premier étage du rhein center et le mac wok qui a du changer de nom a cause de mac Donald. Ça sent la barfusserstrasse et la saucisse. Ça sent le dimanche, ça sent le couscous, ça sent 16h et le Rhin. Ça sent la cigarette dans une chambre, ça sent lourd.
Ça sent de mauvaise augure.
Ça sent le fou rire qui dure dix ans. Ça sent le fer et le canapé en cuir. Le brun ou nordin a fait une tache d’ eau de Javel. Ça sent le rap. Ça sent la moustache rousse des gouers. Ça sent comme quand on sait exactement où on est mais sans savoir pourquoi. Ca sent la Timonerie et les gamins qui font des batailles d’orvets. Ca sent qu’on est kéblo, ça sent qu’il va se passer quelque chose de grave.
Ça sent que tout ça c est resté pour que j écrive ça et que vous puissiez tous vous foutre de ma gueule en disant que je suis une blogueuse dark

Je voulais déjà le faire après Shutter Island, parce que moi les histoires où tu crois que t’es là mais en fait c’est dans ta tête, ça a tendance à m’angoisser. Ouais même j’ai peur des fois que ça se passe comme ça : je serais dans le métro, debout parce bon ça arrive, et puis loin y’aurait un type qui fait peur, un type qui pourrait jouer dans Fringe tu vois. Et donc le type me sourirait genre trop pour que ça soit honnête, mais pas un sourire à la je vais te pécho, nan plutôt je sais un truc que toi tu sais pas. Il pousserait les franciliens de la rame comme quelqu’un que la mère a pas engueulé quand il marchait sur les pieds des gens et il arriverait vers moi pour me dire : « ce que tu vis, tu le vis pas, c’est dans ta tête. C’est pas arrivé, on n’est pas là ».
Et là c’est comme une cascade d’eau sauf en pensées dans ma tête, et je me dis qu’est ce qui est vrai, qu’est ce que je vis, qui est vrai, est ce que Jojo est vrai ? Quand j’ai dit ça, je l’ai vécu ou pas ? Et là on arrive à l’histoire que je voulais raconter après Shutter Island.

Flashback, Autoroute, Nancy, 2005.
y’a quelques années on était en voiture avec Najoua, direction Nancy sur la voie rapide et on discutait de trucs un peu compliqués, style pourquoi on est là, c’est quoi le Dasein etc. fin, tu vois chaud quoi. (Naj avait fait genre 1000 années de philo, c’était la meuf en mode MaisOuEstDoncOrNiCar un peu, bref). Je conduisais en tchatchant, et puis on a dépassé un camion dont le putain de chauffeur a choisi CE moment précis pour s’endormir. Il a fait une sacrée embardée vers la voie que NOUS on empruntait, franchement il nous a frôlé ouah j’te dis pas on n’a même pas paniqué, on avait juste les yeux tous ronds et les dents serrées style fin du monde on va clamser tu vois. Je sais pas par quel miracle le mec se rétablit et nous permet de rester en vie, enfin c’est ce que je croyais jusqu’à ce que genre 10 secondes de silence plus tard, Najoua se tourne vers moi et reprenne la conversation en disant, super grave : « Imagine qu’on l’aie percuté. Imagine que là, tout ce qu’on vit, on le vit pas. On sait pas, peut être qu’on est là, encastrés dans la glissière centrale (t’as vu BG le champ lexical de l’autoroute ou pas ??) et que c’est juste notre esprit qui a continué à avancer; Tout ça, là, le tableau de bord (elle le touche, je la regarde faire), tout ça,
c’est
peut-être
juste
notre
imagination.

Sanka ? T’es mort man ?
Ouah ! J’ai senti un putain de frisson en étain me parcourir, tu vois l’étain quand tu le fonds ça coule, mais ça reste d’aspect super métallique. Bah voilà, j’ai senti ça dedans, alors j’ai regardé sans parler dans le rétroviseur, et comme je nous ai pas vues encastrées dans la glissière centrale j’ai estimé que non, on n’était pas mortes.
On n’en a jamais reparlé, mais depuis, c’est souvent que je me pose la question. Et après Shutter Island, encore plus fort, et après hier soir, ça revient. Ouais hier soir je regardais Lost et j’en suis au moment où Hurley voit son ami qui est dans sa tête (oui enfin bon, je spoile sur 15 minutes alors calmez vous). Et là, ça ravive le truc.
Qu’est ce qu’on vit, qu’est ce qu’on rêve ?
(Ca me fait penser que j’ai failli remourir sur la même route cet hiver, percutée contre la barrière centrale après un tête à queue. Je devrais peut-être prendre « par les chemins »…)
On a chacun ses peurs, moi y’a ça, et un autre truc que je peux pas dire ça me fait trop peur encore plus que ça. Vous voyez ce que je veux dire ou pas ? Vous avez peur de trucs vous ?